28 mars 2017

Lenny et Lucy de Philip C. et Erin E. Stead.Kaléidoscope, 215.

C'est un peu angoissant un déménagement.. 
On emprunte une route inconnue, on traverse des forêts, on se retrouve dans une maison pas toujours accueillante et on se sent un peu perdu dans un environnement peu tranquillisant.
En compagnie de son chien Harold, Peter regarde par la fenêtre et cherche comment se rassurer. Quelques couvertures et coussins entassés plus tard, le gardien de la maison prend vie. Il s'appellera Lenny et, dans le jardin, face au pont, il surveillera jour et nuit que la sombre forêt reste bien à sa place.
C'est sécurisant de se sentir protégé, Peter pourra désormais dormir sereinement. 

Sur un fil fragile entre réalité et imaginaire, un album tout en finesse pour aborder une angoisse enfantine.
Le travail sur les illustrations est vraiment remarquable. Crayonnées dans des nuances de gris, elles offrent une force visuelle très intéressante.  On y trouve ce vide évocateur, ces détails chargés d'émotion, ces pointes de couleur familières et cette lumière réconfortante. 

Complétées par un texte rare,  elles nous offrent au final un album discret, précieux, lent... tout en sobriété et en finesse. 

Alice, presque intimidée, ...


14 mars 2017

Le pire anniversaire de ma vie de Benjamin Chaud. Hélium, 2016

Recevoir une invitation d'anniversaire, c'est toute une excitation ! Surtout quand il s'agit de l'anniversaire de la jolie-Julie ! Alors, on fait des efforts pour trouver la bonne idée cadeau, on soigne l'empaquetage et on choisit son plus beau déguisement. 
Mais arrivé chez Julie, rien ne se passe comme prévu : d'autres invités sont là, l'anniversaire n'est pas déguisé, il ya beaucoup trop de scotch sur le paquet et tout se colle dans les cheveux de la jolie-Julie.
Que la vie est dure ! Il ne reste plus à notre petit bonhomme qu'à cacher son cadeau trop collant sous les coussins et à se réfugier tout en haut de l'arbre au milieu du jardin.
De longue attente en bouderie, la petite consolation se fera attendre... mais finira par arriver !

Les illustrations de Benjamin Chaud fourmillent de détails et de fantaisie. 
La tristesse et les gaffes de notre petit héros le rendent d'autant plus attendrissant.
Et l'histoire rappelle forcément  ces situations ridicules que chacun de nous peut avoir vécu.
Mais l'amour, que voulez-vous, cela fait perdre la tête !

Finalement, il était plutôt bien cet anniversaire !

Alice, tout en tendresse...


Retrouvez l'avis de 
ma copinaute Pépita




12 mars 2017

Station sous-paradis de Jean-Luc Luciani. Le Muscadier, 2016

En plein mois de juillet, c'est un peu l'ennui pour les jumeaux Max et Eddy mais ils sont prêts à tout pour suivre Miranda qui leur propose toujours des aventures palpitantes (rentrer dans un cimetière et s'allonger sur des tombes, par exemple).
Pas loin d'eux, on fait connaissance de Gorki, qui vient de racheter une station essence et qui attend que les jours passent en compagnie de Gus, un prof dépressif.

Ce qui va réunir tout ce petit monde ? Une révolte écologique : le refus de voir une forêt d'arbres partir en sciure pour voir s'implanter à la place un golf de 25 hectares.
A sa manière, chacun d'eux va alors participer à ce combat local et trouver du sens à cette action pour lutter contre l'incertitude de l'avenir.

Une fiction qui n'est pas s'en faire écho à l'actualité : on entre dans le livre avec une dédicace à Rémi Fraisse et l'ombre de Notre Dame des landes n'est jamais bien loin.
Un roman engagé, comme tous ceux de la collection "Rester vivant" des editions du Muscadier, mais qui reste  très adroit pour que chacun se forge son propre avis. 

Alice, un autre regard...

9 mars 2017

Samedi 14 novembre de Vincent Villeminot. Sarbacane, 2016

B. est un inconnu pour nous et pourtant il est très vite comme nous : un gamin blessé par la douleur, la rancoeur et la colère le lendemain de la fusillade qui a emporté plus de 130 personnes.

B. est un gamin paumé qui dans cet acte barbare a surtout perdu son frère.

Sans vraiment réaliser, il quitte l'hôpital, il erre et  il croise un des tueurs dans une rame de métro. 
Sans vraiment savoir pourquoi, il le suit, le piste et arrive à se faufiler dans l'appartement où le tueur avait choisi de se réfugier.
Sans vraiment arriver à se maîtriser, B. séquestre le tueur et sa soeur en faisant preuve d'une violence physique et psychologique incontrôlable. 

Le huis clos est éprouvant, parfois hasardeux, mais surtout instinctif sans cesser de questionner le lecteur.
L'issue sera-t-elle excessive ? Impossible ? Fatale ?

On sent dans l'écriture de Vincent Villeminot, le besoin immédiat de libérer des mots pour comprendre et vaincre la peur. Et par un coup de maître, sans transigeance, il arrive à réconcilier l'impossible après un acte d'une barbarie innommable.

Entre violence et confession, il nous offre ici tout l'espoir d'une société rudement fragilisée.

Alice, qui a envie d'un peu d'humanité ...

Retrouvez l'avis de mon ado



7 mars 2017

Rond rouge de Claire Garralon.Actes Sud, 2012.

Un rond rouge, c'est un rond rouge me direz-vous... 
Et bien non, il y en a des grands, des petits, et puis il y a des rouges foncés et d'autres plus clairs, certains sont presque ovales et d'autres tendent vers le carré. 
Alors en fait, un rond rouge ne ressemble quasi jamais à un autre rond rouge.
Chacun est unique, tous sont différents mais ensemble ils forment un monde de ronds rouges, un monde où il fait bon se regrouper pour que le monde tourne... un peu plus rond.

Avec un graphisme simple, soigné et esthétique et quelques mots parsemés, Claire Garralon arrive à aiguiser l'oeil artistique des enfants, mais pas que... 
Cet petit cartonné éveille aussi le tout jeune lecteur et le questionne sur son appartenance au monde et son rapport à l'autre.

Un petit trésor de lecture, comme j'aime en découvrir !

Alice, charmée..



5 mars 2017

Sur la route d'Indianapolis de Sébastien Gendron. Magnard, 2016

La vie de Lilian, 11 ans, n'est pas franchement trépidante. Alors quand son père lui propose de l'accompagner aux States pour un  déplacement professionnel, il a vite fait de faire sa valise et de sauter dans le premier avion.
Après un séjour à Chicago chez sa tante, Lilian doit ensuite rejoindre son père à Indianapolis.
Seul, à bord d'un bus, le voilà parti pour 500kms de route.

Tout se passe plutôt bien jusqu'à un arrêt-pipi où le bus redémarre sans lui.
Place alors au scénario rocambolesque : un avion fonce à ras de terre sur la route et pour se sauver Lilian se retrouve embarqué dans une voiture transportant un réfrigérateur rempli de billets de banque en compagnie d'adultes peu recommandables. Pour s'en sortir, il n'aura d'autre solution que de partir à bord d'un hélicoptère et de finir sur le siège arrière d'une moto de riders  américains.

Whaou, que de péripéties, et je ne vous ai pas tout dit !

Un roman un peu dingue mais plutôt enthousiasmant. On sent que Sébastien Gendron s'est drôlement amusé à l'écrire et  à nous faire partager son amour et sa connaissance des Etats-Unis.
On le soupçonnerait même d'avoir glissé dans cette invraisemblable aventure quelques anecdotes autobiographiques...

Alice, entre rêve et réalité...

2 mars 2017

Charly et moi d'Agnès Larroche.Auzou, 2015

Diane est une ado frêle et isolée, grignotée par une maladie du coeur dont elle doit bientôt être opérée. Surprotégée par une maman inquiète, elle traîne ses journées à la maison en tenant un fichier des voisins  pour se trouver une excuse d'aller à leur rencontre et créer ce lien social qui lui manque tant ! 
Et puis un jour, Charly déboule dans sa vie. Comme elle, un ado en retrait, défiguré depuis quelques mois par une vilaine balafre suite un accident de scooter. 
Il n'en faut pas plus à nos deux ados pour fraterniser !
De moments de partage en projet commun autour du dessin, ils deviennent vite inséparables. 
Mais un jour, Charly disparait ...

On apprécie la plume fluide d'Agnès Laroche et sa volonté à nous dresser le portrait de deux ados finalement capables d'accepter leur faiblesse et de sortir de leurs limites. Diane, la fille volontaire et intelligente et Charly, le garçon artiste et sensible forment un joli duo uni et épanoui.
Dans ce roman pas bien épais, l'auteur sait aussi jouer la carte de l'intrigue et du suspens pour une lecture plaisante qui ne manquera pas de séduire nos jeunes (pré)ados.

Alice, qui a été intriguée par un lapin bleu ...



28 févr. 2017

Les groneuneux de Michaël Escoffier et Julia Weber. Frimousse, 2016

Qui n'a jamais rêvé d'un gros paradis plein de détritus ?? Les Groneuneux bien sûr !

Imaginez cette planète où les nuages sont toxiques, où les enfants mangent des crottes de nez et où les parents ont pour mission de vendre des boîtes de conserve vides sur les places des marchés.
Une planète polluée où le roi prône l'hyper consommation et ne se soucie nullement des conséquence sur l'avenir des enfants ... et encore moins celui de la planète !

Bref, vous l'aurez compris en prenant le contre pied des préoccupations actuelles, Michaël Escoffier et Julia Weber se font porteurs d'un message pour en appeler à notre morale écologique ! 
Ces étonnantes bestioles drôlatiques feront à coup sûr de l'oeil à nos bambins et c'est tant mieux !

Un album décalé et  ironique qui ne peut que nous piquer dans notre conscience : à nous de faire le nécessaire si l'on ne veut pas devenir un GRONEUNEUX !


Alice, engagée... 
qui aime particulièrement l'impertinence de Michaël Escoffier



26 févr. 2017

Strada Zambila de Fanny Chartres . EDL, 2017.

Strada Zambila, c'est une rue de Bucarest. 
Une rue d'aujourd'hui, en Roumanie,  où habitent Ilinca et Zoé avec leurs grands-parents.
Pour quelques mois, leurs parents sont partis en France trouver un emploi et améliorer leur  cadre de vie. 
Dur-dur cette absence pour Ilinca.  Entre colère et tristesse, elle a bien du mal à comprendre et accepter cet éloignement. Elle aimerait bien que ses parents soient à ses côtés pour Noël, mais cette éventualité ne semblent pas envisageable.
Trop c'est trop ! Ilinca claque l'écran de l'ordinateur et coupe court à la discussion SKYPE.
Au milieu de ce bouillonnement rageur, elle voit alors s'ouvrir une bouffée d'oxygène : un concours d'art plastique pour lequel elle fait équipe avec un camarade de classe Florin. Ensemble, il vont parcourir les rues de la ville appareil photo sous le bras et vers de poésie dans la tête. L'occasion pour Ilinca de trouver du réconfort mais aussi de se frotter à la réalité de certains préjugés, d'acte raciste et de contradictions. 

Un roman qui nous invite à visiter Bucarest avec un autre oeil : on découvre les dessous intimes de cette ville qui traîne avec elle un bagage historique complexe et une population qui cherche encore parfois sa place et son identité. Comment y vivre alors, quand on s'y sent comme un étranger ?
Fanny Chartres nous invite délicatement  a trouver la voie avec tolérance et simplicité.

Alice, un peu plus éclairée...



17 févr. 2017

Traits d'union de Cécile Chartre. Le Muscadier, 2016

A seulement 18 ans, Thibault a décidé sur un coup de tête semble-t-il, de se marier avec cette jeune fille rencontré quelques mois plus tôt. 
Il y a quelque chose qui cloche dans ce mariage...
D'invité en invité, on s'immisce dans la tête de chacun et l'on ressent l'incompréhension ambiante. 
Il y a le garçon d'honneur qui a bien d'autres chats à fouetter, l'amoureuse-malheureuse terrassée par cette décision, la mère-super-organisatrice peut être un peu trop envahissante, la tata Odette qui pense que ce mariage est une bien belle bêtise... et puis il y a Charline qui a tout vu et qui va bientôt tout nous révéler.  
Jusqu'au déballage final, Cécile Chartre contrôle parfaitement son récit. Elle maîtrise son écriture impertinente, elle nous amuse avec son ton drolatique et nous surprend par sa capacité à inventer des situations inattendues. C'est toujours un peu la pagaille dans ses histoires, mais tout est bien clair dans sa tête et son intrigue est plutôt bien ficelée ; plus que parfaite je dirais même, puisque jusqu'à la dernière page, je me suis laissée surprendre.

Un roman sur la vie, celle de tous les jours, celle qui nous entoure, celle qu'il faut parfois supporter, celle qui ne nous oblige pas à tout accepter...

Alice, séduite...