13 nov. 2013

Les ailes de la Sylphide / Pascale Maret, Thierry Magnier, 2013.

A la lecture de la quatrième de couverture, j'ai peur d'un conte fantastique ou de me retrouver dans une histoire largement inspirée par Black Swan. Alors, avec un peu d'appréhension, j'avance sur la pointe des pieds.
Mais très vite, je suis plongée dans une chambre d'hôpital où des policiers interrogent une jeune danseuse qui vient d'échapper à la mort.
Commence alors le récit de son histoire.....
Au conservatoire de Lyon, Lucie a tout fait pour avoir le premier rôle de la Sylphide. Elle est tellement obsédée par sa chorégraphie et son personnage, que son corps se métamorphose en ce génie féminin aérien et fragile qui peuple la forêt ; jusqu'à ce que de véritables ailes lui poussent dans le dos.
Tout cela peut paraitre invraisemblable et pourtant, on y croit jusqu'au bout. On se retrouve fasciné et comme aimanté par cette histoire où finalement le fantastique s'accorde avec la réalité en parfaite harmonie.
Complétement surprenant et saisissant, ce roman est finement mené, de sorte que la vérité frappe de plein fouet. Une vérité toute crue, comme une délivrance, telle une maltraitance.
 
 
On en ressort secoué, complètement bluffé : un régal.
Bravo Pascale Maret, quelle maîtrise !
A en dire trop, je n'en dirais encore pas assez, lisez-le, vous comprendrez...
 
 
Retrouvez les avis de  mes copinautes Carole  et Pepita
Et par ici, un  autre roman de Pascale Maret, déjà chroniqué 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire