4 nov. 2013

Les disparitions d'Annaëlle Faier / Jean-Noël Sciarini. EDL, 2013

L'insouciance et la joie d'Annaëlle ne sont que de courte durée. Tout s'écroule lors de cette journée de rentrée où Loann lui annonce que tout est fini entre eux et où le soir même, elle apprend que ses parents se séparent.
Annaëlle en déduit que tout est de sa faute, qu'elle porte malheur à ceux qu'elle aime en les faisant disparaître. Pire que tout, elle fait disparaître les sentiments
Dès lors, elle refuse de se laisser approcher, ne trouve plus aucun sens à sa vie et sombre peu à peu dans la dépression. Commence alors une lutte permanente contre ses tourments.
Autant dire que le sujet n'est pas réjouissant.
A travers la lecture du journal qu' Annaëlle rédige quotidiennement, on suit la chute libre d'une jeune ado totalement bouleversée dans ses repères. Mais c'est aussi à travers l'écriture de ce journal qu'Annaëlle va trouver le chemin de la "guérison".
Jean-Noël Sciarini ne nous ménage pas, tant par le thème abordé que par son style d'écriture : rêche, incisif.
A la lecture de ce livre, je me suis sentie prise dans un tourbillon de mal être qui m'a mis un peu K.O. 
La digestion n'est pas simple...


Retrouvez l'avis de mes copinautes Carole et Pepita

Aucun commentaire:

Publier un commentaire